SOPHROLOGIE

Les moyens que la Sophrologie met à votre disposition sont d’ordre thérapeutique, pédagogique ou prophylactique. Ces techniques sont utilisées ou enseignées par des sophrologues expérimentés qui vous accompagnent dans cette démarche :

– En thérapie, le sophrologue vous accompagne dans cet espace intérieur pour vous permettre de prendre conscience des origines de vos préoccupations et vous donner ensuite les moyens de vous en affranchir.

– En pédagogie, le sophrologue vous guide dans l’acquisition de connaissances plus approfondi sur les mécanismes intérieurs dont les pratiques spécifiques visent à vous donner une grande autonomie et une plus grande maîtrise de soi.

– En prophylaxie, le sophrologue vous propose des moyens de préparation mentale pour faire face à des évènements prévus ou prévisibles comme les accouchements, les interventions médicales, les examens, les épreuves sportives, les entrevues, les passages en public, etc.

Les résultats extraordinaires cumulés depuis 50 ans en font, en Europe, une des disciplines les plus complètes dans la recherche authentique et équilibrée du bien-être.

Historique

La sophrologie est une science née de l’hypnose, qui a, elle-même, ouvert les voies de la psychanalyse.

MESMER, né en 1734, par ses recherches sur le magnétisme et en fut le précurseur.

C’est l’abbé FARIA, né aux Indes en 1756, qui démystifia le pouvoir surnaturel du magnétiseur, précisant que le praticien agit par suggestion verbale. Bien que ses théories aient été discréditées pendant plusieurs années, il fut le premier codificateur de l’hypnose.

La première intervention chirurgicale sous anesthésie par suggestion fut réalisée en 1814 par Jules CHOQUET.

En 1859 BROCA opère un abcès de l’anus sous hypnose.

Le professeur BERNHEIM et le Docteur LIEBAULT fondent l’École de Nancy, où ils reconnaissent l’importance de la suggestion dans les phénomènes hypnotiques.

CHARCOT, neurologue à la Salpêtrière, étudie l’hystérie et tente de démontrer le pouvoir de l’esprit sur le corps.

BREUER s’aperçut que chez les hystériques, le traumatisme initial provoqué par une émotion antérieure disparaissait quand le malade revivait la situation traumatisante. Il est l’inventeur du concept de catharsis.

FREUD, disciple de CHARCOT crée la psychanalyse en 1896.

En 1932, SCHULTZ divulgue sa méthode de relaxation, bien connue sous le nom de Training-Autogène. C’est une technique qui s’inspire du yoga et de l’hypnose.

William REICH (1897-1957) a inspiré par ses travaux la végétothérapie puis le support théorique des Somatothérapies. Son oeuvre a été à l’origine des concepts de base de la sophrologie.

LOWEN donne naissance à la Bioénergie

Définition

Intéressé par les techniques orientales de relaxation, le neuropsychiatre Alfonso CAYCEDO est allé en Asie pour y découvrir les différentes méthodes pratiquées. Ses observations lui permettent d’accéder à cette conclusion: toutes ces pratiques ont en commun « la recherche de la maîtrise du corps par l’esprit ». Inspiré par ses formidables découvertes, il retourne en Occident et crée sa propre méthode de relaxation occidentalisée et dépouillée de tout mysticisme.

La mise au point de cette méthode relève d’une démarche scientifique où chaque hypothèse de travail est vérifiée avant d’être appliquée.

CAYCEDO donne le nom de « sophrologie » à cette nouvelle science ainsi créée.

En 1960, il fonde l’École de Sophrologie et donne à sa méthode la définition suivante:

« La sophrologie est une science ou, mieux, une École scientifique qui étudie la conscience, ses modifications et les moyens physiques, chimiques ou psychologiques pouvant la modifier, dans un but thérapeutique, prophylactique, ou pédagogique, en médecine ».

Le mot SOPHROLOGIE vient du grec SOS PHREN LOGOS où SOS signifie « harmonie »; PHREN « conscience »; LOGOS « étude ». La sophrologie est donc la science de l’esprit serein appliquée à la conscience humaine.

Elle étudie la modification des états de conscience, la modification des niveaux de vigilance et les moyens de produire ces modifications.

Elle utilise pour cela des techniques sophroniques passives ou actives issues de l’hypnose et de la suggestion. Des méthodes de relaxation traditionnelle comme le Training autogène de SCHULTZ sont également utilisées.

L’individu peut ainsi se prendre en charge dans sa totalité psychosomatique, par un vécu direct de sa propre conscience en accédant à la maîtrise permettant d’en modifier le contenu, les différents états et niveaux de vigilance; enfin par l’auto contrôle du corps et de l’esprit.

Devise de la sophrologie

« Ut Consciencia Noscatur »
Que la conscience soit connue

La conscience d’après Caycédo

Elle présente:

– les trois états qualitatifs:
– L’état pathologique,
– L’état ordinaire,
– L’état sophronique
– Les trois niveaux quantitatifs:
– La veille,
– Le sommeil,
– Le niveau sophroliminal

Le niveau sophroliminal se situe entre veille et sommeil. Il s’agit d’une zone sensible utilisée pour renforcer la conscience.

Selon CAYCEDO, l’individu peut rester dans l’état de conscience ordinaire, s’installer dans l’état de conscience pathologique ou bien progresser dans la conscience sophronique positivante.
L’École française a imposé la prise en considération de l’inconscient en sophrologie. En effet, selon le Docteur Jean Pierre HUBERT, Le Docteur DONNARS, le Docteur CAHEN, l’inconscient émerge lorsqu’il y a « lâcher-prise ». En phase sophroliminale, l’inconscient s’exprime sous forme d’imagerie mentale comme dans le rêve. Le Docteur ABREZOL de l’École suisse prend en compte, lui aussi, la dimension de l’inconscient.